impression 3D

Lorsqu’il s’agit d’impression 3D, le plastique est le matériau le plus connu de tous, sachant que ce matériau regroupe encore d’autres matériaux pour ne citer que le fil pla. Chacun d’entre eux a ses caractéristiques et ses utilisations, en ce qui concerne l’impression 3D. Il est alors temps d’en savoir plus à propos de tous ces plastiques.

Les plastiques utilisés en FDM/FFF

Les matériaux plastiques sont très utilisés en dépôt de matière fondue ou FDM. Les plastiques sont disponibles en bobine de filament qui sera placée sur l’imprimante 3D. Chaque plastique peut correspondre à un projet bien précis, en fonction de ses caractéristiques. Parmi ce groupement, il y a l’ABS qui sert notamment à la fabrication des appareils électroménagers, des carrosseries ou encore des petits jouets en forme de briques assemblables. L’acrylonitrile butadiène styrène ou ABS est très demandé par les entreprises industrielles. C’est un plastique thermique. Il est résistant aux chocs, en plus d’être très élastique grâce notamment à sa base composée de polybutadiène et d’élastomères. Le pla est également un plastique employé dans la technique FDM. C’est un matériau biodégradable étant donné qu’il est fabriqué à partir d’amidon de maïs. L’acide polylactique ne rétrécit que faiblement pendant l’impression. Mais en raison de sa grande vitesse de durcissement et de refroidissement, il n’est pas facile à utiliser. Il ne supporte également pas l’eau et est disponible en de nombreuses couleurs. Si vous souhaitez en savoir plus, allez sur https://www.arianeplast.com/.

L’acrylonitrile styrène acrylate ou ASA a les mêmes propriétés que l’ABS mais il résiste beaucoup mieux aux rayons ultra-violets. Toutefois, il faut faire attention à réaliser l’impression dans un espace ouvert ou à utiliser des imprimantes à enceinte fermée. En effet, le produit émet beaucoup de styrène. Mis à part le pla imprimante 3d ou l’ASA, il existe d’autres plastiques utilisés en FDM ou FFF, à savoir : les matériaux hybrides et flexibles, les fibres de carbone, le Polycarbonate ou le PET.

Les plastiques utilisés en SLS

Le SLS ou technique de frittage sélectif laser utilise un laser pour assembler les poudres plastiques couche par couche. Cette technique utilise de nombreux matériaux plastiques en vue de fabriquer différents objets avec des caractéristiques variantes. Il y a notamment les polyamides qui sont des poudres plastiques très fines, granuleuses et de couleur blanche. Mais les polyamides comme le nylon peuvent aussi servir en FDM. Tout comme le filament pla, ces poudres servent à fabriquer des objets qui peuvent contenir des aliments, étant donné qu’ils sont à moitié bio. Néanmoins, elles sont aussi très utilisées pour la fabrication d’objets plus grands. Il y a également l’alumide qui est le mélange de poudres d’aluminium et de polyamide. C’est un matériau qui sert à la fabrication d’objets résistants ou de conception mais il nécessite beaucoup de traitements tels que le polissage, le fraisage ou encore le revêtement, avant de pouvoir être utilisé en impression 3D. Très connu pour sa capacité à résister aux chocs et à l’abrasion, le polypropylène est un plastique utilisé pour la fabrication d’objets utiles au quotidien. Cependant, il est aussi très demandé par les grandes industries. Notez toutefois qu’il ne supporte pas les températures hautes ainsi que les rayons ultra-violets. C’est pour cette raison que les simili-polypropènes existent, en vue de remplir les lacunes.

Les plastiques utilisés en SLA

Les techniques d’impression 3D comme le Polyjet, le SLA ou encore le DLP recourent à l’utilisation de résines photosensibles liquides. Les plastiques utilisés sont la plupart de ceux cités plus haut mais transformés en liquide. Ces résines peuvent être thermoplastiques et thermo-solides et donnent soit une finition brillante, soit une finition matte. En termes de couleur, il n’y a pas trop de choix mais les fabricants y travaillent encore. Ce qui différencie les résines des autres matériaux plastiques comme la bobine pla c’est le fait que le mélange de résines différentes ne pourra pas donner différents résultats. Toutefois, la technologie FDM et la SLA utilisent une seule imprimante appelée « machine hybride layer one ». En outre, avant de pouvoir commencer l’impression 3D, il faut toujours nettoyer les pièces de l’imprimante avec de l’alcool isopropylique pour que les résultats soient bien réussis. Enfin, il existe également des résines solides, des résines flexibles et des castables pour ceux qui recherchent plus de variété de propriétés.